Pie XI Agrandir l'image

Pie XI

979-10-90029-57-6

Yves Chiron

Nouveau

En stock

25,00 €

Fiche technique

Pages664
Dimensions13.5 x 20.5 cm
Couverturesouple
Date de parutionnovembre 2013

En savoir plus

   Pie XI (1857-1939) fut le pape de l’entre-deux-guerres.
   Il fut à la fois confronté au traumatisme de 14-18 dans les consciences européennes, à l’affirmation des totalitarismes, à la faillite de la paix, le tout sur fond de déchristianisation en Occident.
   Rien ne préparait Achille Ratti, né en Lombardie au milieu du XIXe siècle (1857), à une époque où les États du pape couvraient un tiers de l’Italie, à assumer une telle tâche. Certes, ce bibliothécaire érudit a découvert la diplomatie dans la nouvelle Pologne d’après 1918, mais, devenu pape, il doit mener un aggiornamento à marche forcée. Il règle la question romaine avec Mussolini par les accords du Latran (1929). Il organise la présence catholique en Europe centrale, pacifie les relations avec la France et multiplie les missions.
Mais ce sont deux encycliques, promulguées en 1937, qui donnent la mesure de l’homme et de son action : en dénonçant le nazisme (Mit brennender Sorge), puis le communisme (Divini Redemptoris), Pie XI se pose en vigie d’un monde libre.
   Yves Chiron a eu accès aux Archives Secrètes du Vatican.

   Yves Chiron, né en 1960, est membre de la Société d’histoire religieuse de la France et directeur de la lettre d’informations religieuses Aletheia. Il a récemment publié une Histoire des conclaves chez Perrin (2013).

Du même auteur :


Paul VI, le pape écartelé 
Medjugorje démasqué
Urbain V le bienheureux 

Dans la presse

L’Homme nouveau, n° 1563 du 29 mars 2014

   Mesure-t-on assez aujourd’hui l’importance décisive du pontificat de Pie XI dans l’histoire de l’Église ? Élu au suprême pontificat en 1922, cet érudit, également diplomate, est directement confronté aux séquelles importantes laissées par la Première Guerre mondiale. Il hérite d’une Église qui a tenté d’imposer sa voix pendant tout le conflit, en prônant la paix et le dialogue. Loin d’accepter le repli, Pie XI organise la réponse du catholicisme au monde moderne par le biais de l’Action catholique qui se déploie alors, dans le style de l’époque, dans tous les domaines. Diplomatiquement, il règle la Question romaine par les Accords du Latran. Confronté aux totalitarismes, il les dénonce tout en réaffirmant clairement les droits du Christ-Roi. Il met également en piste le cardinal Pacelli qui sera son successeur désigné. La réédition, revue, de l’excellente biographie d’Yves Chiron permet de saisir l’importance de ce pontificat de longue durée.
Philippe Maxence