Niégoch, un Dante slave Agrandir l'image

Niégoch, un Dante slave

979-10-90029-79-8

Jean-Paul Besse

Nouveau

En stock

25,00 €

Fiche technique

Pages224
Dimensions16 x 24 cm
Couverturesouple
Date de parutionjuin 2014

En savoir plus

   Tels Pouchkine et Mickiewicz, Pierre II Pétrovitch Niégoch (1813-1851) a été l’un des plus grands poètes slaves de l’âge romantique. Le philosophe Gabriel Marcel le comparait à Dante.
   Prince-évêque du Monténégro, il a été comme son contemporain Pie IX, le dernier pape-roi, l’ultime représentant de la théocratie chrétienne, réunissant en une seule personne la mitre et le sceptre.
   Sacré évêque à Saint-Pétersbourg, allié lointain mais tôt déçu de la Russie, il tenta d’arracher son petit État au Moyen Âge féodal malgré le péril ottoman, la méfiance de Metternich et la turbulence des tribus autochtones.
   Plus que tout, il fut l’un des poètes majeurs de son époque, sensible à Goethe et Lamartine, et non sans rapport avec le stoïcisme de Vigny. Écartelé entre sa charge pastorale peu assumée et ses devoirs de souverain, à la fois libéral et despotique, amoureux de la France, il se réfugia dans la composition d’œuvres grandioses chantant la liberté, la beauté de la création, la lutte entre Dieu et Satan et la résistance serbe à l’Islam.
   Comme Dante cinq siècles auparavant pour la langue italienne, Niégoch contribua à créer le serbe moderne. À l’occasion du bicentenaire de sa naissance, il méritait cette première biographie française.

   Auteur des premières biographies de la grande-duchesse Elisabeth Féodorovna (2008), de la princesse Ileana de Roumanie (2010) et de sainte Catherine de Lesna (2011), Jean-Paul Besse nous livre ici la vie tourmentée et créatrice du poète Niégoch. Agrégé et docteur en Histoire, spécialiste de la Réforme catholique et de l’Orient chrétien, lauréat de l’Académie française et chevalier de la Légion d’honneur et des Palmes académiques, il a été professeur invité (Research Professor) des Universités de Belgrade et de Podgoritsa.

Du même auteur

Nicolas Horthy, le régent méconnu 
Le grand-duc Nicolas, tsar ou régent ? 

Dans la presse

Lecture et tradition, n°44, décembre 2014

   Ce livre relate la biographie d'un homme hors du commun et totalement ignoré du public français, qui, cependant, a connu une destinée exceptionnelle. Né en 1813, mort en 1851, à l'âge de 38 ans, il fut Prince-évêque du Monténégro, dont il devint roi, sous le nom de Pierre II (de 1830 à 1851).
   Par ailleurs, il fut l'un des plus grands poètes slaves de l'époque romantique (que les érudits allemands et français du XIXe siècle ont comparé à Homère, Dante et Pétrarque) auteur « d'œuvres grandioses chantant la liberté, la beauté de la création, la lutte entre Dieu et Satan et la résistance serbe à l'islam ». Ses restes reposent actuellement dans le monastère de Cétigné (ancienne capitale de son royaume). Au terme des années de vicissitudes traversées par son pays pendant les bouleversements de la Yougoslavie, après le rétablissement de l'indépendance du Monténégro (juin 2006), le parlement a procédé à la « réhabilitation » de la Maison royale des Pétrovich Niégoch et reconnu en Pierre II un héros national et un combattant de la liberté. [...]
Jérôme Seguin

Lettre de Ligugé, n°350, octobre 2014

   Héritier d'oncle à neveu de la lignée des princes-évêques du Monténégro, issue de la dynastie des Pétrovich-Niégoch, Pierre II Niégoch, régnant de 1830 à 1851, chercha à préserver l'indépendance de sa principauté vis-à-vis du pouvoir ottoman surtout, mais aussi de la République de Venise et des turbulentes tribus autochtones. L'appui de la Russie orthodoxe et de l'empire austro-hongrois lui fut refusé, mais avec l'aide de la France et d'Alexandre II, ses successeurs Daniel II et Nicolas Ier obtinrent la reconnaissance de l'indépendance du Monténégro au congrès de Berlin en 1878. Plus heureux comme poète que comme évêque et chef d'État, inspiré par l'art de Dante, Niégoch, lié au croate Strossmayer, en compagnie du Serbe Karadjich, du Bulgare Païsios et du slovaque Holly, reste le plus grand écrivain de la renaissance des Slaves du Sud, par ses épopées, La Lumière du microcosme, La Couronne de la montagne et Le faux tsar Étienne le Petit. Ouvrant des perspectives approfondies vers l'abondante littérature balkanique sur ce sujet, J.-P. Besse livre la première biographie française du chantre du Monténégro.
V.D.