Nouveau Le grand-duc Nicolas, tsar ou régent ? Agrandir l'image

Le grand-duc Nicolas, tsar ou régent ?

978-2-37271-110-4

Jean-Paul Besse

Nouveau

Vient de paraître,

en librairie le 13 décembre

Résumé

24,00 €

Fiche technique

Pages340
Dimensions13,5 x 20,5 cm
Couverturesouple
Date de parutionnovembre 2018

En savoir plus

   Le centenaire de la Grande Guerre imposait une biographie française du grand-duc Nicolas Nicolaïévitch (1856-1929). Fils d’un père héros de la guerre russo-ottomane de 1877, oncle de Nicolas II qui avait été son élève dans la cavalerie, où lui-même excellait, il fut en 1914-1915 le commandant suprême de l’armée russe.
   Francophile, très lié au président Poincaré et au général Joffre qui l’admirait, il fit envahir dès l’été 1914 la Prusse orientale allemande et la Galicie autrichienne, sauvant ainsi la France d’un désastre irrémédiable.
   D’une autorité impressionnante qui lui avait fait extorquer au tsar en 1905 la première Constitution russe, ce partisan de l’autocratie le mit aussi en garde contre Raspoutine, qu’il lui avait pourtant présenté.
   Ces initiatives et les revers de 1915 lui coûtèrent son poste. Très populaire, jalousé par le tsar rêvant d’un destin sacrificiel, il fut envoyé dans le Caucase où il écrasa les Turcs. Comme en Pologne, il y traita les différents peuples avec équité.
   Pressenti par l’opinion comme « Nicolas III » mais refusant de s’y prêter, il se réfugia en Crimée pour échapper aux bolcheviks.
   Recueilli par le roi d’Italie, son beau-frère, puis installé en France, il y dirigea la majeure partie de l’émigration russe. Soutenu par Wrangel, Koutiépov et Krasnov, son bras droit, il fut emporté par la maladie et le malheur de son peuple. Inhumé dans l’église russe de Cannes, sa dépouille fut transférée en 2015 à Moscou.
   Héros national, le grand-duc Nicolas méritait, comme sa mère sainte Anastasie de Kiev, l’hommage qui lui décerna Ivan Bounine, prix Nobel de littérature en 1933.

   Auteur des premières biographies d’Elisabeth Feodorovna, d’Ileana de Roumanie, de sainte Catherine de Lesna, du poète Niégoch et de l’amiral Horthy, Jean-Paul Besse a voulu rendre justice au grand-duc Nicolas, dont la stratégie en 1914 sauva la France. Agrégé et docteur en histoire, spécialiste de l’Europe centrale et orientale, il a été professeur invité des universités serbes et de Nijni Novgorod. Chevalier de la Légion d’honneur, primé par l’Académie française, il enseigne à l’Institut Saint-Pie X.

Du même auteur

Elisabeth Feodorovna, princesse martyre
Ileana, l'archiduchesse voilée
Des tsars à l'exil, Catherine de Lesna
Niégoch, un Dante slave
Nicolas Horthy, le régent méconnu