Philippe d'Orléans, comte de Paris Agrandir l'image

Philippe d'Orléans, comte de Paris

978-2-37271-149-4

Thibault Gandouly

Nouveau

Vient de paraître,
en librairie le 27 février

Résumé

24,00 €

Fiche technique

Pages386 p. + 8 p. de cahier photos
Dimensions13,5 x 20,5 cm
Couverturesouple
Date de parutionfévrier 2020

En savoir plus

Préface du prince Jean de France

   Petit-fils du roi Louis-Philippe et arrière-petit-fils de Philippe-Égalité, Philippe d'Orléans, comte de Paris (1838-1894), naît au palais des Tuileries. Passant son enfance entre Paris et le château d'Eu en Normandie, il doit quitter la France avec sa famille à la suite de la proclamation de la Seconde République. Un destin hors du commun l'attend : il réalise un voyage au Proche-Orient puis intègre les rangs nordistes lors de la guerre de Sécession. Revenu en France après la guerre de 1870, il tente de réaliser l'unité monarchique en rendant visite au comte de Chambord en 1873. L'échec du projet de restauration l'éloigne de la politique et l'amène à se retirer au château d'Eu, dont Viollet-le-Duc assure la restauration. Dix ans plus tard, la mort de son cousin le désigne en héritier de la couronne. Travailleur acharné, il s'implique dès lors activement dans la vie du parti royaliste en vue de la conquête du pouvoir. Après le vote de la loi d'exil en 1886, il redessine les contours de la doctrine monarchique, conciliant les héritages orléaniste et légitimiste. Ses écrits témoignent de son souci de l'adapter à la société de son temps. Les soubresauts politiques de la fin des années 1880 le conduisent à tenter de détourner le mouvement boulangiste en faveur de la monarchie. Cependant l'échec électoral de 1889 et le ralliement d'une partie des royalistes à la République sonnent le glas de ses espérances. Il s'éteint prématurément en Angleterre en septembre 1894.
   En s'appuyant sur de nombreuses sources jusque-là inexploitées, Thibault Gandouly entreprend de faire revivre Philippe d'Orléans, un homme profond, pragmatique, à la vie exemplaire, un patriote doublé d'un parfait chrétien. Le parcours de ce prétendant, le dernier qui ait été à la tête d'un parti royaliste en capacité de menacer la République, accompagne et éclaire aussi un demi-siècle politiquement troublé, marqué par les complots, les scandales et les révolutions.

   Historien et enseignant, Thibault Gandouly est l'auteur de Paul de Cassagnac. L'enfant terrible du bonapartisme (prix de la Fondation Napoléon 2018 • Second Empire). Philippe d'Orléans, comte de Paris est son deuxième ouvrage.

Du même auteur :

Paul de Cassagnac, l'enfant terrible du bonapartisme 

Dans la presse

Blog La Couronne, 22 février 2020

   Sortie le 27 février prochain d’une nouvelle biographie consacrée à Philippe VII de France, Comte de Paris et préfacée par l’actuel chef de la Maison royale de France, Monseigneur le prince Jean de France. Un moment d’histoire de France, une plongée dans le monarchisme français. 

   Petit-fils du roi Louis-Philippe et arrière-petit-fils de Philippe-Égalité, Philippe d´Orléans, comte de Paris (1838-1894), naît au palais des Tuileries. Passant son enfance entre Paris et le château d´Eu en Normandie, il doit quitter la France avec sa famille à la suite de la proclamation de la Seconde République. Un destin hors du commun l´attend : il réalise un voyage au Proche-Orient puis intègre les rangs nordistes lors de la guerre de Sécession. Revenu en France après la guerre de 1870, il tente de réaliser l´unité monarchique en rendant visite au comte de Chambord en 1873. L´échec du projet de restauration l´éloigne de la politique et l´amène à se retirer au château d´Eu, dont Viollet-le-Duc assure la restauration. Dix ans plus tard, la mort de son cousin le désigne en héritier de la couronne. Travailleur acharné, il s´implique dès lors activement dans la vie du parti royaliste en vue de la conquête du pouvoir. 

   Après le vote des lois d´exil en 1886, il redessine les contours de la doctrine monarchique, conciliant les héritages orléaniste et légitimiste. Ses écrits témoignent de son souci de l´adapter à la société de son temps. Les soubresauts politiques de la fin des années 1880 le conduisent à tenter de détourner le mouvement boulangiste en faveur de la monarchie. Cependant l´échec électoral de 1889 et le ralliement d´une partie des royalistes à la République sonnent le glas de ses espérances. Il s´éteint prématurément en Angleterre en septembre 1894. 

   En s´appuyant sur de nombreuses sources jusque-là inexploitées, Thibault Gandouly entreprend de faire revivre Philippe d´Orléans, un homme profond, pragmatique, à la vie exemplaire, un patriote doublé d´un parfait chrétien. Le parcours de ce prétendant, le dernier qui ait été à la tête d´un parti royaliste en capacité de menacer la République, accompagne et éclaire aussi un demi-siècle politiquement troublé, marqué par les complots, les scandales et les révolutions.