Simon de Montfort, le drame cathare Agrandir l'image

Simon de Montfort, le drame cathare

978-2-916727-59-2

Dominique Paladilhe

Nouveau

Voici la première biographie importante de Simon de Montfort qui, porté aux nues en son temps, est aujourd’hui généralement rangé parmi les bourreaux de l’histoire. On a volontiers rejeté sur lui tous les drames provoqués par la croisade contre le Midi cathare, certains allant même jusqu’à lui imputer les terribles paroles : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. » ...

Résumé

En stock

23,50 €

Fiche technique

Pages262
Dimensions13.5 x 20.5 cm
Couverturesouple
Date de parutionmars 2011

En savoir plus

   Voici la première biographie importante de Simon de Montfort qui, porté aux nues en son temps, est aujourd’hui généralement rangé parmi les bourreaux de l’histoire. On a volontiers rejeté sur lui tous les drames provoqués par la croisade contre le Midi cathare, certains allant même jusqu’à lui imputer les terribles paroles : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. » De Beaucaire à Agen, en passant par Béziers, Carcassonne et Toulouse, les populations ont vu en lui l’instrument d’une invasion “française” autant que le bras armé de la papauté. Qui était-il au juste ? Ni si parfait que certains l’ont cru, ni si mauvais qu’on le pense. En le suivant tout au long de sa vie, dans l’atmosphère de son temps, Dominique Paladilhe a recherché l’homme avec ses qualités et ses faiblesses.
Ses origines familiales, son fief de Montfort-l’Amaury, la quatrième croisade en Palestine, le départ pour le Languedoc, le massacre de Béziers, la vicomté de Carcassonne, la victoire de Muret, l’échec de Baucaire, la mort en 1218 devant Toulouse, sont autant de repères dans l’évolution de Simon de Montfort dont les neuf ans qu’il a passés à guerroyer entre Rhône et Garonne ont fait un personnage hors du commun.

Sa familiarité avec le Languedoc dont il est originaire et son métier de journaliste ont mené l’historien Dominique Paladilhe à retracer le destin hors du commun d’un seigneur directement mêlé aux drames de la répression anti-cathares.

Dans la presse

L’Homme Nouveau, n°1500 du 8 septembre 2011

   Simon de Montfort est un des personnages les plus diffamés et les plus décriés de l’Histoire de l’Église. On lui attribue la responsabilité du massacre de Béziers, le 22 juillet 1209, lors de la croisade contre les Cathares, et la phrase : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. »
Dominique Paladilhe détruit cette légende. Il rappelle que la phrase a été imputée, à partir du XVe siècle seulement, non pas à Simon de Montfort mais à Arnaud Amaury, le légat pontifical de cette croisade. De toute façon, les circonstances du pillage de Béziers rendent improbable cette phrase. « Quant à Simon de Montfort, écrit Dominique Paladilhe, il n’était ni chef de la croisade, ni même un de ses principaux acteurs. »
Cette biographie [...] porte, pour l’essentiel, sur la croisade contre les Albigeois (1209-1218) et la part, grandissante, qu’y a prise Simon de Montfort. Dominique Paladilhe montre bien que dans les violences qu’on lui reproche, les mutilations par exemple, « ses adversaires lui furent très supérieurs » ; qu’en livrant au bûcher des hérétiques, « il n’a agi qu’avec l’assentiment et sous la pression des représentants de l’Église ». En fait, sa conduite de la guerre contre les Cathares fut à l’image de beaucoup de guerres du temps.
Yves Chiron