La fatale perversion du système scolaire français Agrandir l'image

La fatale perversion du système scolaire français

979-10-90029-05-7

Yves Morel

Nouveau

La crise de l’Éducation Nationale révèle aujourd’hui les limites de l’organisation par l’État républicain des écoles, collèges, lycées et universités. Mais cette crise est-elle le fruit d’une infidélité à l’esprit des pères fondateurs du système scolaire français, ou l’aboutissement de principes idéologiques et politiques surgis après [...]

Résumé

En stock

24,50 €

Fiche technique

Pages319
Dimensions13.5 x 20.5 cm
Couverturesouple
Date de parutionoctobre 2011

En savoir plus

   La crise de l’Éducation Nationale révèle aujourd’hui les limites de l’organisation par l’État républicain des écoles, collèges, lycées et universités. Mais cette crise est-elle le fruit d’une infidélité à l’esprit des pères fondateurs du système scolaire français, ou l’aboutissement de principes idéologiques et politiques surgis après la destruction en France de l’enseignement traditionnel confessionnel et décentralisé ?
La formation des maîtres, l’établissement des programmes et des méthodes pédagogiques ne sont-ils confisqués par les tenants syndicaux d’une nomenclature savamment cooptée ?
L’abrutissement des nouvelles générations, le développement de l’illettrisme, l’échec scolaire et l’inaptitude du système à préparer à la vie professionnelle le doivent-ils aux principes de l’École mixte laïque, gratuite et obligatoire qui régissent l’instruction publique, en particulier depuis Jules Ferry ?
La longue expérience d’Yves Morel en milieu éducatif et académique nourrit cette réflexion sans langue de bois sur les origines, les acteurs et les enjeux des perversions multiformes du mammouth républicain.

   Yves Morel, docteur ès lettres (Histoire, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris) titulaire d’un DEA de Sciences de l’Education, a enseigné en lycée, puis a travaillé dans divers services académiques de documentation. Outre sa thèse (Charles Seignobos face à ses contradicteurs, Presses universitaires du Septentrion, 1997), il est l’auteur d’une histoire du CRDP de Lyon (50 ans d’histoire du système éducatif français. Le CRDP de Lyon, 1955-2005), d’un ouvrage sur la crise de l’institution scolaire (L’idéal scolaire français. De l’utopie à l’entropie, Bellier, 2007), d’une histoire du radicalisme (Histoire et avenir du radicalisme en France, Virgule Consult, 2009) et d’articles d’histoire politique et sociale française et étrangère dans diverses revues.

Du même auteur:

Histoire du parti radical

Dans la presse

NRH, n° 59, mars-avril 2012

   Le naufrage accéléré du système éducatif français a suscité de nombreuses analyses d’excellente qualité et nombreux ont été les enseignants – souvent venus de la « gauche » – qui ont dénoncé à juste titre la « fabrique des crétins » stigmatisée par Jean-Paul Brighelli. L’originalité du livre d’Yves Morel, historien de l’éducation, réside dans la remise en cause qu’il opère d’un modèle éducatif qu’il fait remonter… à Jules Ferry, dont l’œuvre sert pourtant aujourd’hui de référence à tous les « résistants » qui veulent enrayer le processus fatal enclenché par les pédagomaniaques issus de Mai 68. Revenant sur les conceptions politiques et pédagogiques des « pères fondateurs » républicains, critiquant Guizot et le rôle exclusif attribué à l’État dans la définition du projet scolaire, l’auteur retrace ensuite les différentes étapes qui vont conduire des débuts de la IIIe République au plan Langevin-Wallon et met en lumière les effets pervers de la politique scolaire égalitariste mise en œuvre au cours du dernier demi-siècle, laquelle est parvenue aujourd’hui au résultat exactement inverse de l’objectif visé. Dénonçant la fuite en avant idéologique et politique qui commande le projet éducatif, l’auteur juge condamnée une école qui en est le fruit.
Jean Kappel