Riaumont, passion et résurrection Agrandir l'image

Riaumont, passion et résurrection

978-2-916727-10-3

Père Jean-Paul Argouarc'h

Nouveau

Ce village s’appelle la Sainte Croix de Riaumont et nous sommes invités à suivre, jour après jour, les aventures de quelques dizaines d’enfants arrachés à la misère, à la solitude et au malheur par une poignée de prêtres et de religieux qui leur ont consacré leur vie. Depuis des années, l’un de ces sauveteurs, le Père Jean-Paul Argouarc’h, parcourt [...]

Résumé

20,50 €

Fiche technique

Pages240
Dimensions16 x 24 cm
Couverturesouple
Date de parutionjuin 2007

En savoir plus

Avec un cahier photos couleurs de 16 p.

Édition spéciale sur vergé : 50 €

   Ce village s’appelle la Sainte Croix de Riaumont et nous sommes invités à suivre, jour après jour, les aventures de quelques dizaines d’enfants arrachés à la misère, à la solitude et au malheur par une poignée de prêtres et de religieux qui leur ont consacré leur vie. Depuis des années, l’un de ces sauveteurs, le Père Jean-Paul Argouarc’h, parcourt le pays de ville en ville, de maison en maison, de famille en famille pour offrir de quoi alimenter ce brasier d’amour et de dévouement. Il fait découvrir ici ce qu’est le miracle quotidien de ce village privé de subventions et de reconnaissance officielle, l’histoire de ce miraculeux havre de paix, croquant les figures illustres ou inconnues qui ont peuplé ce lieu. Du Père Revet, le fondateur héroïque mort à la tâche et inhumé dans la chapelle qu’il avait bâtie de ses mains, au dernier des gamins en culotte tyrolienne qui court après les poules et les canards dans les allées du parc, aucun n’est oublié.

   Ce livre nous fait vivre avec les enfants, il rend grâce à la Providence pour les innombrables signes par lesquels, depuis quarante-sept ans, il est donné au village d’enfants de Riaumont, citadelle assiégée, de protéger ses enfants, de résister, de survivre et d’essaimer.

Avec une préface de Jean Raspail et une postface de Serge de Beketch

L’auteur

   Prieur de la Sainte-Croix de Riaumont de 1986 à 2000, le Père Jean-Paul Argouarc’h nous a transmis le flambeau d’un scoutisme de feu, d’un scoutisme sans concession, celui même qu’il avait reçu du Père Albert Revet. Aujourd’hui, il témoigne, comme si souvent à la veillée, de quarante années de vie religieuse au service du Christ et des plus petits d’entre les siens.

Du même auteur :

Pro Patria
Pro Patria - format poche 

Dans la presse

Renaissance catholique, n° 98, août – octobre 2007 

   En ce centenaire du scoutisme – en 1907, lord Baden Powell organisa son premier camp scout à Brownsea – le père Jean-Paul Argouarc’h fait à tous les amis du scoutisme et donc de l’œuvre de la Sainte-Croix de Riaumont un beau cadeau d’anniversaire.

   Ultime îlot médiéval niché dans les derniers vestiges de la forêt des Atrébates, le village de Riaumont a été fondé en 1960 par un prêtre du diocèse d’Arras, le père Albert Revet, pour accueillir des garçons en situation sociale et familiale très défavorisée et les aider, par la méthode d’éducation scoute, à préparer un avenir meilleur pour eux que le passé qu’ils avaient connu.

   Une communauté religieuse s’est fondée conformément aux vœux du père Sevin, de spiritualité scoute et d’esprit bénédictin, pour mener cette œuvre d’éducation, à quelques kilomètres de Lens au cœur du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.

   Le père Argouarc’h a rejoint le père Revet en 1968 ; il a été supérieur de la communauté et est aujourd’hui directeur du Village d’enfants. Il nous fait revivre l’histoire du village, étroitement mêlée depuis 40 ans à la sienne. Il ne s’agit pas dans ce livre d’un exposé chronologique mais plutôt d’une suite de réflexions voire de méditations regroupées par thèmes en de courts chapitres. Les épreuves et les consolations se mêlent et se succèdent. Le diable semble s’acharner directement ou par ses suppôts contre une œuvre qui résiste à la Révolution qu’elle soit liturgique, doctrinale ou éducative.

   Mais la Providence veille et de chaque épreuve Riaumont, tel le phénix, renaît de ses cendres à la fois matériellement différent et formellement identique à sa vocation d’origine qui pourrait se résumer ainsi : une œuvre d’éducation selon la spiritualité scoute héritière des pères Sevin, Domqueur, Forestier, Revet, du chanoine Cornette, profondément enracinée dans la terre d’Artois, et irriguée par un amour ardent de la France souffrante et de l’Église militante dans un esprit de chevalerie et de combat si bien résumé par la devise du chevalier de Charrette : « Combattu souvent, battu parfois, abattu jamais ». Le zèle imaginatif de la communauté multiplie les initiatives au retentissement désormais national : feux de la Saint-Jean, marchés de Noël, rassemblements au Guerveur, mémorial des Scouts morts pour la France…

   À ceux qui désespèrent de l’avenir de la France et de la pérennité de l’Église, cet ouvrage, et les multiples anecdotes et témoignages qu’il contient, rappellera que tout est possible à la grâce de Dieu demandée par la prière, en quelque sorte méritée par la pénitence et servie par des volontés et des intelligences animées de la force du Christ.

   Puisse ce livre susciter les vocations d’éducateurs et de religieux scouts dont la communauté a tant besoin au service de la jeunesse de France et qui accepteront de faire leur chaque matin la belle prière des religieux de la Sainte-Croix : « Enseignez-nous que la plus fière épopée est de conquérir nos âmes et de devenir des Saints. Demandez-nous beaucoup, et aidez-nous à vous donner davantage. » De nombreuses photos en couleurs permettront à ceux qui ne connaissent pas le village de ses familiariser avec les lieux et les… acteurs.

   Jean-Pierre Maugendre