Dialogues du Pavillon Bleu Agrandir l'image

Dialogues du Pavillon Bleu

979-10-90029-14-9

Jean Madiran

Nouveau

Le Pavillon Bleu est un hôtel-restaurant au pied, ou presque, du pont sur le fleuve. Propriétaire et gérant : Madame Solange Morantin-Charvieux. Dans le petit salon du premier étage s’il y a un déjeuner, sinon dans la grand’salle (qui fait aussi bibliothèque), se tiennent les libres conversations du...

Résumé

En stock

20,50 €

Fiche technique

Pages160
Dimensions13.5 x 20.5 cm
Couverturesouple
Date de parutionnovembre 2011

En savoir plus

    Le Pavillon Bleu est un hôtel-restaurant au pied, ou presque, du pont sur le fleuve. Propriétaire et gérant : Madame Solange Morantin-Charvieux. Dans le petit salon du premier étage s’il y a un déjeuner, sinon dans la grand’salle (qui fait aussi bibliothèque), se tiennent les libres conversations du « dialogue inter-laïc », ainsi nommé par contre-distinction d’avec les débordements et inondations du « dialogue inter-religieux ». Dans le pays tout autour, les villes et les villages, comme le chante Nicole Croisille, ont des noms merveilleux : Pessac-Léognan, Tabanac, Sainte-Croix-du Mont, Loupiac, Barsac, Sauternes et Saint-Émilion.
   Ces dialogues inter-laïcs sont aussi des dialogues « trans-générationnels ». Ils éclairent d’un jour nouveau crise de la foi et crise de l’intelligence occidentale, à travers acteurs et combats du catholicisme traditionnel des XXe et XXIe siècles, car « nous vivons quelque chose de beaucoup plus profond qu’une crise politique, intellectuelle ou morale ; de plus profond qu’une crise de civilisation. Nous vivons ce que Péguy voyait naître et qu’il nommait une “décréation”. Dans l’évolution actuelle du monde, on aperçoit la domination à demi souterraine d’une haine atroce et générale, une haine de la nation, une haine de la famille, une haine de l’homme racheté, une haine de la nature créée. La signature devient plus lisible que jamais. Il appartient aux autorités temporelles et aux autorités spirituelles de la dénoncer. Leur carence empêche les peuples de la voir. »

Depuis la fondation de la revue Itinéraires en 1956, Jean Madiran s’attache à défendre le magistère romain. Ses ripostes aux dérives liturgiques exégétiques et catéchétiques de l’après-concile en ont fait l’un des témoins les plus éminents et les plus lus de la vie de l’Église au XXe siècle.

Du même auteur :

L’Accord de Metz  
Les vingt-cinq ans de "Présent" : confessions didactiques  
Histoire de la Messe interdite : fascicule 1  
Histoire de la Messe interdite : fascicule 2  
La trahison des commissaires   
Enquête sur la maladie de la presse écrite  
Chroniques sous Benoît XVI. Tome I, 2005-2009  
Chroniques sous Benoît XVI. Tome II, 2010-2013  
L'hérésie du XXe siècle  

Dans la presse

Entente catholique de Bretagne

Ah ! le plaisant livre ! Sortant des sentiers battus de l’essai ou du pamphlet, Jean Madiran a imaginé d’écrire des dialogues à propos de la question religieuse et des débats autour de la question politique.
Armand Mathieu

Entente catholique de Bretagne

Je recommande cet ouvrage. Il s’agit d’une lecture aussi facile qu’agréable  sur la récente actualité.
Bernard de Kerraoul

Minute, 1er février 2012

Original, ce livre l’est d’abord par sa présentation sous forme de dialogues confrontant des interlocuteurs qui ont chacun leur histoire et représentant différentes générations (…). Plongez-vous dans ces dialogues qui vous donneront envie de fréquenter l’œuvre de Jean Madiran dont ils constituent sans doute une sorte de point d’orgue.
Joël Prieur

Forum catholique

On trouve dans ce livre quelque chose qui a des allures sinon de testament au moins de synthèse. Jean Madiran nous livre ici quelques clés du combat de ces cinquante dernières années.
X. A.

Rivarol

Sous la forme commode d’une fiction Jean Madiran  passe en revue, en picorant diverses actualités, les grandes questions morales, religieuses, sociales. Il remonte aux principes afin de déterminer ce qui peut fonder une réflexion et une action communes.
Hannibal

Monde et vie

Jean Madiran reste, avec sa terrible acuité, l’une des meilleures vigies de l’univers catholique traditionnel.
Abbé Guillaume de Tanoüarn

Présent

Jean Madiran nous raconte là des choses essentielles. N’hésitez pas à pousser la porte du Pavillon bleu !
Alain Sanders

Renaissance catholique, n° 120, janvier-février 2012

La publication d’un ouvrage de Jean Madiran est toujours un événement : ces Dialogues du Pavillon bleu ne dérogent pas à la règle. L’ensemble, passionnant et éclairant, mérite d’être lu un crayon à la main.
Jean-Pierre Maugendre

Rivarol, n° 3029, 13 janvier 2012

Sur un scénario de théâtre et dans un décor naturel amoureusement campé, la conversation passe du ton familier à la charge satirique, avec parfois des envolées vengeresses. La nostalgie poétique de l’épilogue est particulièrement émouvante.
Marie-Gabrielle Decossas

Bulletin des lettres, n° 708, janvier-février 2012

Dialogues fictifs entre des personnages fictifs dans un lieu fictif : voici un bon moyen de mettre en valeur la complexité de la situation intérieure   du catholicisme français.
Henri Hours

Item, 6 février 2012

Le nouveau livre de Jean Madiran est, comme on peut l’imaginer, tout  simplement remarquable.
Abbé Paul Aulagnier

Métablog

Quel est son secret ? Saisir le point où la clarté de l’évidence se conjugue avec l’élan d’une liberté assumée. Voilà, ce me semble, la méthode Madiran.
Abbé Guillaume de Tanoüarn

Action familiale et scolaire, ,n° 220, avril 2012

C’est une bonne idée qu’a eue Jean Madiran de rédiger une « fiction » dont les personnages sont imaginaires mais les débats d’idées tout à fait  conformes à la réalité. La fiction rend la lecture attrayante, en particulier pour ceux qu’aurait peut-être rebutés un livre doctrinal.
A.L.

Una Voce

Des points de vue sur toutes les questions alimentant les conversations de nos contemporains  quand ils ne ronronnent pas (…). Avec clarté, précision, rigueur, opiniâtreté et…sourire. Merci inlassable Madiran.
Jacques Dhaussy