Marie, étoile de l'évangélisation Agrandir l'image

Marie, étoile de l'évangélisation

979-10-90029-63-7

Père Michel Viot

Nouveau

La dévotion mariale nourrit l’âme des baptisés depuis les origines de l’Église, mais n’est-elle pas le ressort de toute évangélisation ? À l’heure du matérialisme et du relativisme où semble triompher la culture de mort à l’échelle du monde entier, la Mère de Dieu apparaît comme le recours ultime de l’homme de bonne volonté.

Résumé

En stock

6,50 €

Fiche technique

Pages32
Dimensions13.5 x 20.5 cm
Couverturesouple
Date de parutionavril 2014

En savoir plus

   La dévotion mariale nourrit l’âme des baptisés depuis les origines de l’Église, mais n’est-elle pas le ressort de toute évangélisation ? À l’heure du matérialisme et du relativisme où semble triompher la culture de mort à l’échelle du monde entier, la Mère de Dieu apparaît comme le recours ultime de l’homme de bonne volonté.

   Le père Michel Viot nous explique ici pourquoi et délivre un grand message d’Espérance accessible à tous.

   Prêtre et vicaire épiscopal du diocèse de Blois, président de l’association « Écouter avec l’Église », Michel Viot réveille ici les consciences en parcourant avec nous quelques pépites « sociétales » d’Écriture sainte.
Avant-propos de Mgr Henri Brincard, évêque du Puy-en-Velay depuis 1988.

Du même auteur :

Les fondements bibliques de paternité et maternité 
Dieu et l’État 
Il y a quelque chose de pourri au royaume de France 

 

Dans la presse

La Nef, n°263, octobre 2014

   Un nouvel opuscule du Père Michel Viot consacré à Marie, Étoile de l’Évangélisation. Simple et concis, c’est une belle introduction pour comprendre comment « la nouvelle évangélisation doit pour se déployer avoir la pleine dimension mariale correspondant à la place de Marie dans le plan de la rédemption. »
A.-F. T.

EGMIL, Église dans le monde militaire, décembre 2015

   Pour l'auteur, la nouvelle évangélisation doit avoir une dimension mariale.  Les lumières du XVIIIe siècle ont contesté le péché originel et par là même toute notion de rédemption par l'incarnation du Verbe de Dieu. La théologie moderniste décline cela sur tous les tons depuis une dizaine d'années, ce serait très facile à prouver.
   Marie est au cœur du mystère de l'Incarnation-Rédemption et de l'idée du rachat du péché originel. Pourquoi? Parce qu'elle a conçu Jésus dans son sein par la puissance de l'Esprit Saint. Aucune créature humaine n'eut une telle intimité avec Dieu. Ce n'est pas un "hasard" si de grands prédicateurs comme Grignon de Montfort (1673-1716) ont éprouvé le besoin de développer la piété mariale au moment où les Lumières commençaient à manifester leur nuisance. Avant lui, saint-Bernard, puis Luther, dans des styles très différents, avaient aussi recours à Marie pour défendre le salut par la foi en Jésus-Christ Sauveur, conçu du Saint Esprit et né de la vierge Marie. Loin de certaines excentricités pseudo-mystiques, il faut avoir à cœur de prêcher une Mariologie Christocentrique, telle qu'elle ressort des textes évangéliques et de l'authentique tradition catholique issue du Magistère.