La chasteté ou le chaos ? Agrandir l'image

La chasteté ou le chaos ?

978-2-37271-057-2

Stéphanie Bignon

Nouveau

10,00 €

Fiche technique

Pages105
Dimensions10 x 16 cm
Couverturesouple
Date de parutionseptembre 2016

En savoir plus

   Préface de Pierre Magnard, philosophe, professeur émérite à la Sorbonne.

   « La chasteté est la splendeur de l'homme intérieur. Elle est la force suprême qui ferme le cœur aux choses d'ici-bas et qui l'ouvre aux choses d'en haut. » (Jan Van Ruysbroek).
   La virginité implique la chasteté mais la chasteté n’implique pas la virginité. L’élévation vers les « choses d’en haut » est possible à tous et à tout moment de notre vie. La chasteté est cette incarnation de la prière qui nous permet de nous oublier pour nous donner pleinement à la Gloire de Dieu à travers notre Prochain. La chasteté est la liberté du cœur, détachée de tout égoïsme qui nous met sur le bon chemin. Chacun de nos actes peut être porté par cette maîtrise de soi et il n’est jamais trop tard…
   Un seul regard sur notre société contemporaine nous permet de constater que nous avons fait le choix inverse : la recherche frénétique d’argent, de possessions et de plaisir.
   Pourquoi ce choix mortifère et comment contribuer à restaurer notre monde ?

   Stéphanie Bignon est née en 1967 en Bourgogne. Ingénieur spécialisé en interventions sous-marines elle navigue quinze ans sur presque toutes les mers du globe. Depuis dix ans, elle dirige une équipe d’ingénieurs sur chantiers sous-marins au sein d’un grand groupe multinational et élève, en parallèle, du bétail dans le Charolais. Engagée en politique au niveau local, elle fonde, avec Élisabeth de Malleray, l’association Terre et Famille dont la devise est « s’enraciner pour s’élever ».
   Stéphanie Bignon est également auteur, avec Anne Brassié, de Cessez de nous libérer (éd. Via Romana), un pamphlet sur la condition de la femme moderne.

Dans la presse

Lecture et Tradition, n°68, décembre 2016

   L'homme ne se réduit pas à la satisfaction de ses besoins! C'est tout le combat de Stéphanie Bignon de lutter contre cette perversion toujours prônée et maintenant admise. Cet état des lieux du chaos de notre civilisation a l'immense mérite de mettre le doigt là où ça fait mal tout en proposant un baume cicatrisant. Retrouvons une foi forte et simple par la chasteté!
Mickaël Savigny

Action Familiale et Scolaire, n°252, août 2017

   Cette petite brochure, avec, en couverture, un magnifique tableau de la fuite en Égypte, explore beaucoup plus que ne pourraient l’exprimer les deux noms de son titre, bien que le chaos soit très vaste. « La chasteté, c’est la liberté du cœur, qui nous met sur le bon chemin ». À opposer au choix inverse (ou contraire), mortifère, l’argent, le sexe, la possession et le plaisir. Stéphanie Bignon poursuit son combat : « Cessez de nous libérer ». Son premier diagnostic concerne la chute originelle, avec « le système serpent ».
   Dès qu’elle le peut, l’auteur passe de la Genèse à la situation politique actuelle en France, montrant l’élimination du père, protecteur de la famille, pour s’emparer des enfants. Elle explique qu’une société sans pont vers le ciel est fermée et totalitaire.
   Parmi ces vices qui nous éloignent du ciel, figurent l’usure, la dénaturation de l’art, la démocratie et son système électoral, la publicité-propagande, le mensonge, la perversion du sens des mots (favorisée par Wikipédia), l’anéantissement du temps. « L’appât du gain, du pouvoir, l’avarice, les excès en tout sont l’expression de maladies de l’esprit ».
   Stéphanie Bignon insiste sur la crise de la tenue vestimentaire. En commençant par les ecclésiastiques, la tenue étant un des symptômes de la crise des vocations. De là elle passe à l’habillement des femmes, en particulier standardisé avec les hommes : le pantalon.
   Le remède est apporté par le Nouveau testament avec la nouvelle Ève, symbole de la chasteté. Par opposition à l’Ancien Testament où figure un péché de chair particulièrement délictueux, la sodomie, nom associé à la ville de Sodome et « expression la plus explicite du péché originel », toute la sainte famille est chaste.
   La conclusion est simple : sexe, sang, argent sans vergogne, voilà le cocktail diabolique dont l’Église du Christ veut nous protéger par la très féconde chasteté ou le sacrifice de soi.
JdS