Le chant du veilleur Agrandir l'image

Le chant du veilleur

978-2-916727-87-5

Maxence Caron

Nouveau

En stock

19,50 €

Fiche technique

Pages272
Dimensions13.5 x 20.5 cm
Couverturesouple
Date de parutionnovembre 2010

En savoir plus

   Le grand poème proposé par Maxence Caron se donne comme une œuvre profondément originale tout en renouant avec l’essence même de la poésie : la musicalité de la langue et son rythme rendent le texte instinctivement compréhensible (c’est le propre de la musique), tout en ouvrant ainsi la réalité humaine à ce qui lui parle tout en lui échappant : le divin. Mystère et clarté s’entrelacent. L’ouvrage, en un unique trait, plonge au cœur des ressources de la langue française, délivrant des accents baroques aussi bien que des fulgurances visionnaires proches des courants surréalistes. Un unique but : au cœur de confessions où l’homme révèle porter en lui la forme de la divine condition, le verbe humain creuse sa capacité interne afin de trouver le lieu où faire vibrer la présence du Verbe divin.

   Lauréat de l’Académie française, agrégé de Philosophie, docteur ès Lettres, poète, musicien, pianiste, musicologue, diplômé et médaillé en de nombreux domaines du Conservatoire National de Musique, Maxence Caron est l’auteur de nombreux livres, parmi lesquels La pensée catholique de Jean-Sébastien Bach (Via Romana), le recueil Pages – Le Sens, la musique et les mots (Éd. Séguier), et l’important ouvrage La Vérité captive – De la philosophie (Ed. du Cerf), système nouveau de la philosophie et de son histoire. Sa monumentale monographie sur Heidegger fait autorité. Directeur de collection aux Éditions du Cerf, où il a fondé les désormais classiques « Cahiers d’Histoire de la Philosophie » dont il a notamment dirigé les volumes sur Hegel, Heidegger et saint Augustin, il est également directeur et fondateur de la collection « L’absolu » chez Via Romana.

Du même auteur :


Microcéphalopolis
Journal inexorable

Dans la presse

Le Monde des religions, janvier 2011

   Portrait de Maxence Caron. Philosophe, éditeur, écrivain prolifique, cette figure montante de la vie intellectuelle française fut d’abord athée et communiste, avant d’embrasser la foi chrétienne et la poésie mystique.
   À moins de 35 ans, Maxence Caron s’impose comme une figure de plus en plus incontournable de la vie intellectuelle et littéraire française. Philosophe, écrivain, poète, musicien, également éditeur au Cerf où il a créé les « Cahiers d’histoire de la philosophie », Maxence Caron est aussi - et peut-être avant tout - un esprit profondément religieux. Pourtant, c’est d’abord à la philosophie qu’il se convertit, à l’âge de 15 ans, en tombant sur une célèbre phrase de Parménide, après avoir ouvert au hasard un manuel de philosophie : « L’être est, le non-être n’est pas. » La beauté de cette mystérieuse sentence décide de sa vocation.
   « Je n’ai plus rien à faire, je m’attends en Dieu, c’est la Joie de Vérité »
   Jeune philosophe athée et communiste, il se convertit au christianisme à 22 ans. Il produit une douzaine de livres, parmi lesquels une monumentale étude sur Heidegger de presque 2000 pages, qui lui vaut le prix de philosophie de l’Académie française en 2005. La Vérité captive (2009) est le premier opus d’un vaste système philosophique en cours d’élaboration, qui prend acte d’un certain nombre d’échecs et d’impasses de la pensée contemporaine pour repenser la philosophie à neuf à partir d’une ontologie trinitaire originale. Ce livre au style étonnant et à la langue très travaillée s’achève par un poème : Le Chant de l’âme dans le corps mystique.
Les « veilleurs de l’aurore »
   Le Chant du veilleur, dernier ouvrage de l’auteur, reprend et approfondit cette veine, en une poésie mystique, spéculative, musicale et également satirique. Le motif du « veilleur » est très ancien dans la tradition mystique?; on le trouve déjà dans le célèbre psaume 130 De profundis : « Mon âme attend le Seigneur plus que les veilleurs l’aurore » (Ps 130, 6).
Dans ce long poème en versets, Maxence Caron retrouve le souffle de Charles Péguy et de Paul Claudel en renouvelant de fond en comble la poésie mystique catholique, et en inventant une nouvelle langue poétique pour dire l’expérience de Dieu : « Je n’ai plus rien à faire, je m’attends en Dieu, c’est la Joie de Vérité. » Au bout de « la nuit obscure », le poète veilleur finit donc par trouver la lumière. Un livre comme on n’en a pas vu depuis très longtemps.
Henri de Monvallier