Ferveur religieuse pendant la Grande Guerre Agrandir l'image

Ferveur religieuse pendant la Grande Guerre

978-2-37271-031-2

Philippe Pasteau

Nouveau

19,00 €

Fiche technique

Pages190 + cahier photos
Dimensions13,5 x 20,5 cm
Couverturesouple
Date de parutionfévrier 2016

En savoir plus

   Sollicité pour animer des conférences dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, l’auteur réunit dans cet ouvrage quelques aspects marquants de la religion catholique pendant le conflit, comme l’engagement massif des clercs, la piété du front à l’arrière et les tentatives de paix du souverain pontife. Il s’arrête également sur l’ambiguïté de la « religion patriotique » proposée par l’État, liée à son anticléricalisme latent.
   Les nombreuses citations de soldats, de prêtres, d’hommes politiques et d’historiens incitent le lecteur à faire un parallèle entre les conditions de la pratique religieuse au début du XXe siècle et celles, tout aussi radicales, vécues aujourd’hui.

   Philippe Pasteau, connaissant bien les milieux militaires et catholiques, mène des activités pédagogiques avec l’université, des établissements scolaires et des collectivités territoriales, tout en animant une chronique historique sur une radio locale.
   Il a déjà écrit sur la Première Guerre mondiale, sur l’artillerie d’Ancien Régime et sur le camp militaire de La Valbonne.
   Préface de Mgr Luc Ravel, évêque aux Armées.

Dans la presse

L'Épaulette, n°194, septembre 2016

   Sollicité pour animer des conférences dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, l'auteur réunit dans cet ouvrage quelques aspects marquants de la religion catholique pendant le confit, comme l'engagement massif des clercs, la piété du front à l'arrière et les tentatives de paix du souverain pontife. Il s'arrête également sur l'ambiguïté de la religion patriotique , proposée par l'État, liée à son anticléricalisme latent. Les nombreuses citations de soldats de prêtre et d'hommes politiques et d'historiens incitent le lecteur à faire un parallèle entre les conditions de la pratique religieuse au début du XXe siècle et ce let tout aussi rad cales, vécues aujourd'hui.
   Philippe Pasteau, lieutenant colonel d'active connaissant bien les milieux militaires et catholiques, et mène des activités pédagogiques avec l'université, des établissements scolaires et des collectivités territoriales et tout en animant une chronique historique sur une radio locale. a déjà écrit sur la Première Guerre mondiale, sur l'artillerie d'Ancien Régime et sur le camp militaire de La Valbonne. Préface de Mgr Luc Ravel, évêque aux Armées.

Etre Unéo, n°31, octobre 2016

   L'ancien chef d'escadron Philippe Pasteau rappelle le rôle des catholiques pendant la Grande Guerre (la piété du front à l'arrière, l'engagement massif des clercs et les tentatives de paix du pape° et s'interroge sur l'instrumentalisation de la religion par l'Etat.

La Voix du Combattant, n°1822, février 2017

   Cherchant à développer le lien armée-Nation dans ses garnison successives, le Lieutenant-Colonel Pasteau mène des activités pédagogiques avec l'université, des établissements scolaires et des collectivités territoriales, tout en animant une chronique historique hebdomadaire sur une radio tourangelle.
   En évoquant la Première Guerre Mondiale, il a souvent mis en avant le courage et la discipline qui animer les combattants jusqu'à la victoire.
   Il semble alors intéressant de comprendre comment les soldats, mais aussi les familles à l'arrière, ont tenu face à l'ennemi et les difficultés matérielles, pendant 51 mois, dans des conditions qui dépassent l'entendement. L'ouvrage essaye de montrer comment, par leur abnégation et leur courage, les aumôniers militaires, les religieux et les autorités diocésaines ont soutenu les unités au front, les familles dans la détresse et les populations en zone occupée, afin de permettre à chacun de faire son devoir au service de l'État. Enfin, dans le cadre d'un anticléricalisme politique latent, une approche peu connue expose le tiraillement des Français entre les messages de paix adressés par le souverain Pontife et le discours politique revendiquant une religion patriotique au service du gouvernement.