La vraie pensée d'Augustin Cochin Agrandir l'image

La vraie pensée d'Augustin Cochin

978-2-37271-113-5

Yves Morel

Nouveau

24,00 €

Fiche technique

Pages342
Dimensions13,5 x 20,5 cm
Couverturesouple
Date de parutionfévrier 2019

En savoir plus

Préface de Jean Tulard, de l'Institut.

   Longtemps ignoré, Augustin Cochin (1876-1916) fut redécouvert à la fin des années 1970 par François Furet, qui montra l’intérêt de son analyse des sociétés de pensée, pour la pleine compréhension de la Révolution française. Cochin expliquait la Révolution par les lois de fonctionnement des sociétés et des groupes. Il proposait ainsi une interprétation sociologique de la Révolution, et, au-delà, de la démocratie contemporaine.
   Cochin est désormais intégré au club des grands historiens de la Révolution, et même des philosophes et des sociologues de la démocratie. Mais cette intégration ressemble à une récupération. Elle est le fait d’une Université républicaine acquise à une conception consensuelle de la Révolution et de la démocratie libérale, expurgée des interprétations idéologiques caractéristiques des temps où l’une et l’autre étaient l’objet de débats passionnés. Avec son analyse distancée du fonctionnement des sociétés de pensée, Cochin favorise la promotion d’une vision dépolitisée de la Révolution et de la République, l’une et l’autre étant ainsi à l’abri de la critique partisane.
   La présentation qui est ainsi faite de son œuvre fait oublier qu’il fut avant tout et surtout un contempteur de la Révolution, inspiré par une conception thomiste de l’homme et de la société, et que s’il reconnut l’intérêt heuristique de la sociologie durkheimienne, il en récusa constamment le substrat exclusivement rationaliste et athée. Cochin n’a pas seulement rénové l’étude de la Révolution, il a rénové d’abord l’historiographie contre-révolutionnaire elle-même, en lui donnant un argumentaire moderne, compréhensible pour nos contemporains.

Diplômé de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), docteur ès-lettres, titulaire d’un DEA de Sciences de l’Éducation, Yves Morel a longtemps été fonctionnaire de l’Éducation nationale.

Du même auteur

La fatale perversion du système scolaire français 
Histoire du parti radical