20 ans Agrandir l'image

20 ans

979-10-90029-43-9

Yves-Marie Adeline

Nouveau

En stock

20,00 €

Fiche technique

Pages154
Dimensions13.5 x 20.5 cm
Couverturesouple
Date de parutiondécembre 2012

En savoir plus

« Et toi ?
– Moi ! Tu plaisantes ou quoi ?
– Non, pourquoi ? Allez, vas-y, raconte !..
 La radio hurle. Au Brésil, les journalistes de radio ne parlent pas, ils hurlent, je ne comprends pas pourquoi. Pendant une nuit ; puis un jour ; puis encore une nuit, nous traversons cette immense région du Nordeste, pays de misère…

– En somme, je veux rattraper l’amour, et toi, au contraire, tu le fuis.
– Oui. C’est peut-être pour cela qu’on s’est croisés. Si tu n’avais pas voyagé ; et moi…
– … Quoi ?
– Le voyage… Est-ce que le voyage guérit tout ?
– Je ne sais pas… C’est la première fois… A Bachivillers…
– Ah !… oui… »

Vingt ans… Devenu soldat dans l’Infanterie de Marine, en Guyane, il essaie de se guérir d’un chagrin d’amour ; il fuit sur les fleuves de l’Amazonie française, puis au Brésil où il rencontre une jeune fille de son pays, que son chemin à elle conduit en sens inverse…
La force créatrice du corps.
Chaleur, paysages, moiteur, visages ;
Océan, soleil couchant, misère…
… Betty…


Yves-Marie Adeline, docteur de l’Université de Paris 1, est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages universitaires et littéraires. Reconnu comme un des poètes majeurs contemporains, il a déjà publié chez Via Romana Les Angéliques en 2008.

Du même auteur :

Les Angéliques 
Philosophie de la royauté 
Le Verbe s'est fait chair 

 Dans la presse

Le Spectacle du monde, n° 598, mars 2013

   Historien, spécialiste des idées politiques, auteur, notamment, d’une Histoire mondiale des idées politiques (2007) et de 1914, une tragédie européenne (2011), Yves-Marie Adeline nous avait caché qu’il était aussi romancier. Et surtout bon romancier. Pourtant, le titre de son roman, 20 ans, et son sujet, le service militaire, ont de quoi, de prime abord, effrayer le lecteur : quelle soupe nostalgique ne va-t-il pas nous servir et de quels lieux communs ne va-t-il pas nous bercer ? Mais la frayeur laisse vite cours à l’étonnement face à la virtuosité nonchalante de l’auteur, qui, derrière le paravent de sa balade virile et sentimentale sous les drapeaux dans la Guyane des années 1980, n’est pas loin d’être d’accord avec Nizan : vingt ans, ce n’est rien, la jeunesse n’est qu’un état de possession que le temps, lentement, exorcise. La matière du roman devient alors plutôt la hussardité – si l’on peut se permettre ce néologisme – du narrateur, manière de rejeton aristo déclassé qui promène sans frémir sa carcasse à travers ce coin d’Amérique du Sud, non sans nous gratifier d’observations immortelles, comme ces soldats locaux qui dévissent systématiquement les pommeaux de douche de peur que des zombies s’y soient logés.
Jacques de Guillebon