Étude sur la composition des Deux Étendards Agrandir l'image

Étude sur la composition des Deux Étendards

978-2-37271-034-3

Lucien Rebatet

Nouveau

24,00 €

Fiche technique

Pages316
Dimensions13,5 x 20,5 cm
Couverturesouple
Date de parutionAvril 2017

En savoir plus

Texte établi, présenté et annoté par Pascal Ifri.

   François Mitterrand divisait le monde entre « ceux qui avaient lu Les Deux Étendards et ceux qui ne l’avaient pas lu ». Le roman de Lucien Rebatet (1903-1972) est pourtant un ouvrage tabou depuis sa parution en 1952 chez Gallimard. Et malgré ses 20 000 exemplaires écoulés, il demeure selon Georges Steiner « l’un des chefs d’œuvre secrets de la littérature moderne ». Les Deux Étendards n’aborde pourtant pas la politique mais l’amour, la religion et l’art. Son intrigue a pour protagonistes trois jeunes gens : Michel, le double de l’auteur qui dans les années vingt rejette son éducation cléricale et monte à Paris pour se consacrer à l’art et à la séduction ; Régis, son ami d’enfance qui habite Lyon où il étudie pour intégrer la Compagnie de Jésus, et Anne-Marie, lycéenne pure et mystique qui vit une relation, telle Héloïse, avec ledit Régis… Ce qu’il en advient constitue le nœud et le génie d’un roman qui éclaire subtilement le sort de notre condition humaine.
   Étude sur la composition des Deux Étendards, rédigé à Clairvaux derrière les barreaux, entre 1950 et 1951, est un document inédit, unique et fascinant qui lève le voile sur le processus intime de la création romanesque à travers l’histoire d’une œuvre et de sa gestation. C’est le roman d’un roman, qui se lit comme un roman.

   Pascal Ifri est critique littéraire et professeur d’université, d’origine normande, spécialiste de Marcel Proust. Il enseigne la littérature française à Washington University, à Saint-Louis dans le Missouri. Il a notamment publié Les Deux étendards de Lucien Rebatet : dossier d’un chef d’œuvre maudit (L’Âge d’Homme, 2001), suivi d’un Rebatet en 2004 et d’un Proust en 2008 dans la collection « Qui suis-je ? » chez Pardès.