Nouveau Les trois peines d'un rossignol Agrandir l'image

Les trois peines d'un rossignol

978-2-37271-098-5

René Bazin

Nouveau

Vient de paraître, 

en librairie le 26 avril

Résumé

19,00 €

Fiche technique

Pages210
Dimensions14,8 x 21 cm
Couverturesouple
Date de parutionavril 2018

En savoir plus

Préface d'Amany Ghander.

   Voici un recueil de nouvelles : une vingtaine d’histoires courtes, choisies et regroupées tout spécialement par l’écrivain lui-même à la fin de sa vie, récits pris sur le vif en Anjou, en France et en Europe.
   Ces nouvelles présentent des peintures poétiques de paysages et de personnages. Très sensible à la beauté de la nature et des paysages, René Bazin a reçu le qualificatif élogieux de «Fra Angelico des lettres» par l’académicien François Mauriac. Ces histoires visent à promouvoir respect de la nature et écologie humaine, décrivant notamment le patrimoine de notre pays à travers ses racines profondes. Bazin, qui écrit à une époque où les classes dirigeantes vénèrent le progrès technique dans lequel elles voient la promesse du bonheur et la course vers la richesse, voit loin, quand il pres-sent les limites de l’urbanisation à outrance et la saturation étouffante des villes actuelles.
   On y découvre des tableaux réalistes de la vie populaire. La préférence de l’écrivain s’attache à la description de «Monsieur tout le monde», avec son bon sens, sa simplicité et aussi sa joie de vivre ! Observateur empathique, il décrypte les relations humaines avec beaucoup de finesse et un humour toujours bienveillant. Ainsi transparaissent pleinement sa philosophie positive et son goût de l’action.

   René Bazin est né à Angers en 1853, dans une famille d’origine angevine et parisienne, et manifeste très vite son inclination pour l'écriture. Après une licence en droit à Paris, et obtient son doctorat en 1877 à l’Université catholique d’Angers. Dès 1883, paraissent ses premiers romans qui connaissent aussitôt un grand succès. Il publie également des récits de voyages, dont Terre d'Espagne qui lui vaut le Prix de l'Académie française en 1895. En 1899, La Terre qui meurt, roman emblématique de l'exode rural, et Les Oberlé, en 1901, portent sa notoriété au plus haut. Il est élu à l'Académie française en 1903. En 1921, sa biographie sur Charles de Foucauld révèle au grand public cette grande figure encore méconnue.

Du même auteur :

Souvenirs d’enfant   
Contes merveilleux
  
Contes et paysages de province 
Magnificat 
Fils de l'Église, visages de saints 
Petite vie de Charles de Foucauld 
Les trois peines d'un rossignol