Pro Patria Agrandir l'image

Pro Patria

979-10-90029-71-2

Père Jean-Paul Argouarc'h

Nouveau

En stock

24,00 €

Fiche technique

Pages350
Dimensions13.5 x 20.5 cm
Couverturesouple
Date de parutionjuin 2014

En savoir plus

   « Il venait d’être ordonné depuis peu et il avait la lourde charge de Riaumont après le décès du Père Revet. J’assistais à une messe célébrée à Argenton-sur-Creuse lors d’une réunion sur le scoutisme. Pour la première fois je l’ai entendu prendre la parole au sermon. Je ne suis pas particulièrement sentimental mais l’évidence et la simplicité de son éloquence m’ont tellement ému qu’à la sortie je l’ai embrassé... 
   « Qui ne l’a pas déjà rencontré dans ces milieux où l’on parle encore de Dieu, de la France, de l’honneur ou de la valeur militaire ?  Le Révérend Père Jean-Paul Argouarc’h de la Sainte Croix de Riaumont, avec  son sourire fraternel, sa soutane beige, ses  souliers de marche, est devenu un familier, non seulement des  grands rassemblements et des pèlerinages de nos traditions mais aussi des lieux  où l’on pleure comme de ceux  où  l’on rit. Il ne manque jamais d’y prendre la parole pour remettre Dieu à la première place mais aussi pour exalter les vertus, le courage et l’amour de la France dans ses racines les plus anciennes comme les plus véridiques. Il la fait avec une spontanéité familière qui touche les cœurs et les âmes. Il le fait avec son atavisme de chouan, de fils de soldat, de scout et surtout de religieux.   
   « Cet ouvrage qui reprend quelques-uns de ses sermons les plus marquants est une véritable anthologie de ce qui ne se dit presque plus aujourd’hui. A lire et à méditer en attendant d’aller l’écouter. » Louis Fontaine

Avec une préface du Père Yannick Lallemand.

   Ordonné prêtre à Toulon en 1985 par Mgr Joseph Madec, prieur de la Sainte-Croix de Riaumont de 1986 à 2000, le Père Jean-Paul Argouarc’h nous a transmis le flambeau d’un scoutisme sans concession, celui-là même qu’il avait reçu du Père Albert Revet. Aujourd’hui, il témoigne, par sa prédication, de quarante années de vie religieuse au service du Christ et des plus petits d’entre les siens.

Du même auteur :

Riaumont, passion et résurrection

Dans la presse

L’Homme Nouveau, n°1580 du 20 décembre 2014

   Un cri de foi
   Pro patria ! C’est un cri de foi. Le cri d’un double amour pour l’Église et la France, ou pour mieux dire, d’une seule passion, celle de la France catholique. Religieux, âme entièrement dévouée jusqu’à l’extrême fatigue et la vraie pauvreté (celle qui ne s’affiche pas en réclame), le Père Jean-Paul Argouarc’h est un homme dévoré par le feu de la foi. À l’entendre, on a envie de revêtir la livrée du croisé. Mais comme le plus souvent le courage nous manque, le Père rallume nos énergies, ressuscite nos ardeurs, ranime notre espérance, réchauffe notre charité. Les sermons, réunis dans cet ouvrage, ne se résument pas ou, plutôt, leur auteur les résume car sa parole suit son être. En les lisant, on passe par beaucoup de gammes de l’émotion tout en gardant devant les yeux un amour enfantin pour le Christ et l’Église ainsi qu’un amour de combattant pour la France. Le scoutisme, bien sûr, est présent ainsi que la défense de la jeunesse. Loin du découragement, ces sermons d’espérance portent loin et haut !
   Philippe Maxence

Una Voce, n°299, novembre-décembre 2014

   Voici, comme le dit le R.P. Yannick Lallemand dans la préface qu’il donne au recueil des « très riches homélies » (homélies du R.P. Jean-Paul Argouarc'h), les paroles d'un homme de Foi, d'un serviteur de Dieu, de l'Église et de la France.
   Ce sont aussi des paroles de circonstances prononcées dans des occasions solennelles, rares, des obsèques ou des cérémonies patriotiques. On remarquera sans peine avec quel sens de l'élévation des âmes, de l'amour du Christ qu'il veut communiquer à chacun, quel sens de la vie éternelle, de la vie quotidienne et sociale, de l'amour de notre terre charnelle, il s'adresse à ses auditeurs. Celui qui fut le fils spirituel et le successeur du Père Revet, le fondateur du village d'enfants de Riaumont, placé sous le signe de la Sainte-Croix, à Liévin, dans le Pas-de-Calais, a la grâce, par ses mots, d'aller droit au cœur de chacun.
   Ses textes sont courts, sa langue est claire et précise, elle traduit une grande liberté de l'âme et cette dynamique d'élévation qui convient à tirer les leçons du passé ou des épreuves souvent douloureusement ressenties. On y puise réconfort et espérance. Ils sont toniques et pleins non seulement d'amour mais aussi de vérité, ce qui leur confère une force toute spéciale nous invitant tous à aimer nos proches, nos familles, et la famille de nos familles, c'est-à-dire notre patrie.
   Fils d'officier fidèle et d'une mère qui aimait manier la plume, le Père Jean-Paul Argouarc'h est irrigué de ce bon sang qui ne peut mentir, toujours prêt au juste combat pour la défense des plus malheureux, des enfants défavorisés qui ne pourront l'oublier quand ils seront propulsés dans le tourbillon de l'existence.
   C'est Louis Fontaine, l'historien du scoutisme, qui a classé avec bonheur et titré ces différentes homélies : « Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie… », « L'Enfant Roi et l'Épiphanie », « La Patrie en danger », « Le massacre des innocents », « L'Église notre mère »…
   Ces leçons sont d'une grande actualité, elles sont aussi pratiques. Certaines sont des témoignages d'amitié comme celles prononcées aux obsèques ou aux messes anniversaires à l'intention de Serge de Beketch, le combattant de Radio Courtoisie. Ce recueil est un trésor. Il s'adresse à tous et, chers lecteurs, il vous arrivera sans doute parfois d'avoir du mal à lire certains paragraphes, parce que vous aurez la larme à l'œil.
   Quand il cite un auteur, le R.P. Argouarc'h puise toujours à la bonne source : « La Royauté du Christ est dans son essence, la Royauté de la Vérité », royauté universelle d'une doctrine, d'un enseignement. Et cette doctrine et cet enseignement ont des incidences sociales et politiques. Le cardinal Pie évoque la mission de la France, « ce peuple dont l'histoire doit être un long et glorieux complément de l'Épiphanie du Christ ».
Jacques Dhaussy