Ponce Pilate Agrandir l'image

Ponce Pilate

978-2-916727-42-4

Alain Didier

Nouveau

Croyant ou non, qui peut demeurer insensible au drame de la passion du Christ? Ici, Alain Didier se hisse au sommet de l’art dramatique, à travers le théâtre d’un rendez-vous manqué avec la grâce du Rédempteur.

Résumé

En stock

15,50 €

Fiche technique

Pages124
Dimensions13.5 x 20.5 cm
Couverturesouple
Date de parutionjanvier 2009

En savoir plus

   Croyant ou non, qui peut demeurer insensible au drame de la passion du Christ ?
Mais qui fut donc Ponce Pilate, l’homme de la condamnation de Jésus ? Un fonctionnaire dépassé par les événements ? Un monument d’inconsistance ? Un lâche habité par la peur de la foule, de l’Empereur et du Sanhédrin ? En prononçant l’arrêt fatal, fut-il l’agent conscient ou inconscient du rachat du genre humain ? Sa question «qu’est-ce que la vérité ?» fournit-elle la clef de son comportement ?
Pour y répondre, Alain Didier se hisse au sommet de l’art dramatique, à travers le théâtre d’un rendez-vous manqué avec la grâce du Rédempteur.

L’auteur

Né en 1950, Alain Didier, juriste, écrit depuis quarante ans pour le théâtre dans la grande tradition française de l’alexandrin. Chrétien de conviction, il témoigne par la plume de l’Evangile du Christ, révélateur et sauveur de l’humanité.

Du même auteur :
Eden, ou la grande épreuve.
Eugenio

Dans la presse

Famille chrétienne, n°1629, du 4 au 10 avril 2009

   […]Enfin, coup de cœur pour une pièce de théâtre en trois actes sur Ponce Pilate, en alexandrins s’il vous plaît ! L’auteur, Alain Didier, juriste, s’est largement appuyé sur les Évangiles et sur les visions d’Anne-Catherine Emmerich pour tenter de répondre à la question : « Qui était donc Ponce Pilate ? » L’homme de la condamnation de l’Innocent ? Un fonctionnaire dépassé ? Un inconsistant ? Un lâche ? Ou celui qui manqua le rendez-vous avec la grâce divine.
Marie-Catherine d’Hausen

Famille chrétienne, n°1656 du 10 au 16 octobre 2009

   Alain Didier, expert en droit, poète en vers : juriste de métier, il écrit des pièces de théâtre dans la pure tradition classique de l’alexandrin sur des sujets destinés évangéliser.
« Si vous étiez en proie à un mal incurable, / que n’attendriez-vous d’une main secourable ? / Et si vous receviez d’elle la guérison, appelleriez-vous crime une bénédiction ? » Où a-t-on déjà lu cela ? Pas dans Racine, ni Corneille ; peut-être l’autre Corneille, Thomas ? Nenni : l’encre de ces alexandrins vient à peine de sécher et l’auteur, Alain Didier, est bien vivant.
Ces vers sont extraits de sa dernière pièce, Ponce Pilate, le pouvoir et la vérité, qui a été éditée cette année chez Via Romana. Une grande pièce sur un sujet chrétien toute en alexandrins ! On se le fait répéter deux fois avant d’y croire ! Mais on se rend à l’évidence : c’est du pur théâtre classique, et d’une inspiration chrétienne sans détour.
[...]
Extrait d’un entretien avec Edouard Huber