Nouveau L'invasion de l'Europe Agrandir l'image

L'invasion de l'Europe : les chiffres du Grand Remplacement

978-2-37271-170-8

Jean-Yves Le Gallou et Polemia

Nouveau

Vient de paraître,

disponible dès maintenant sur ce site,

et en librairie après le confinement...

Résumé

20,00 €

Fiche technique

Pages212
Dimensions13,5 x 20,5 cm
Couverturesouple
Date de parutionnovembre 2020

En savoir plus

   Pour Renaud Camus, le grand remplacement est un constat : il suffit d’« ouvrir les yeux ».
   Pour les statisticiens officiels, c’est une  « théorie complotiste » : selon ces « experts », il n’y aurait pas en Europe plus d’étrangers aujourd’hui qu’hier.
   Jean-Yves Le Gallou relève ici le défi des chiffres, et son enquête démontre l’immigration massive subie par les pays du Nord et de l’Ouest de l’Europe. Au moins vingt pour cent de leur population y est déjà d’origine étrangère, proportion qui a doublé au cours des vingt dernières années. Et sous le double effet des flux d’entrées récents et de la dynamique démographique, cette immigration, souvent inassimilée, est en très forte progression. Quant à l’Europe du Sud, elle est une voie de passage qui subit de plein fouet les migrations sauvages venues d’Afrique, du Maghreb, d’Afghanistan et du Pakistan.
   Suède, Belgique, Danemark, Royaume-Uni, Allemagne, Autriche, France, Pays-Bas, Suisse, Italie, Espagne, Portugal, Grèce : treize bilans aussi précis qu’incontestables car fondés sur les statistiques et les données les plus officielles souvent méconnues. Les peuples d’Europe doivent se ressaisir s’ils veulent préserver leur identité, leur mode de vie et les trésors de leur civilisation millénaire.

   Jean-Yves Le Gallou, énarque dissident, préside la fondation Polémia, un cercle de pensée qui défend l’identité et combat le politiquement correct. Il a récemment publié Européens d’abord : essai sur la préférence de civilisation (Via Romana, 2019).
   Il présente ici les travaux de Polémia sur l’immigration dans treize pays d’Europe et les moyens de mettre un terme à cette fausse fatalité.